INTERVIEWS : Quelques mots sur Marcel…


Pour poursuivre cette semaine notre série d’article dédiés à Marcel Tréméa, nous retrouvons aujourd’hui quelques témoignages de personnes (joueurs, assistants coach, dirigeants…) l’ayant côtoyé durant ces huit années…


– Bastien Tréméa (sous les ordres de Marcel de 2012 à 2015) :

Il y a beaucoup de chose à dire mais si j’avais une chose à retenir de mon père au REAL, ça serait la coupe des Landes gagnée à Pomarez et toutes ses affiches qui montrent le boulot monstre qu’il abat pour chaque match… C’est tout simplement un exemple un modèle pour moi. Merci pour tout papa.

– Franck Benoit (sous les ordres de Marcel de 2016 à 2018) :

Marcel Tréméa alias Marcel « Pop » (comme Greg Popovic, coach des Spurs). C’est le petit surnom que je lui ai trouvé en arrivant ici après l’avoir côtoyé quelques mois : ancienneté, respect de tout le monde, finesse tactique, 16 systèmes de jeu ! Du Pop tout craché. La seule différence avec le vrai Pop c’est que Marcel ne prononce pas le T de baskeT. Avec le recul, c’est vrai qu’il ne sert à rien ! Merci l’accent béarnais ! Depuis la candidature de la pétanque pour les JO de Paris 2024, je sais que Marcel s’entraîne énormément pour cette échéance. Alex Ilardia a promis de lui prêter son bob Cochounou pour l’occasion. On est tous derrière toi ! Marcel, Pop, bon courage pour la suite, et c’est une fierté d’avoir été sous tes ordres! Hasta la Victoria ! Ps : encore désolé pour 2012, j’ai pas fait exprès.

– Aymeric Benon (sous les ordres de Marcel en 2016-2017) :

Pour résumer ma seule saison avec Marcel : elle a été bonne avec un maintien assuré en NM2. On me demande de temps en temps pour quelles raisons j’ai signé dans un « petit » club qui montait à peine en NM2 : c’est grâce au discours des dirigeants et de Marcel qui est l’un des seuls coachs qui me proposait de pouvoir plus m’exprimer sur un terrain, ce dont j’avais besoin après une saison compliquée au point de vue individuel à Lorient. Donc je te remercie pour la confiance que tu as eu en moi et à bientôt j’espère !

– David Baron (sous les ordres de Marcel de 2009 à 2012) :

La tâche de prendre la relève de Coach Pada (Jean-Marc Espada ndlr) ne s’annonçait pas simple mais le défi a été plus que relevé. Son palmarès parle pour lui mais ce que je retiens avant tout de mon passage sous ses ordres, c’est l’image d’un coach plus que passionné de basket. Intransigeant mais proche de ses joueurs (je ne compte pas les appels lorsque j’étais blessé) et toujours droit, juste et qui ne laisse rien au hasard dans ses choix d’avant match. Il a mis en place dans le club, le stage d’avant saison dans son fief d’Oloron où on a vécu des moments géniaux (le vomi de Sousou au retour d’une énorme soirée à Pau pour nourrir le chat des personnes qui nous hébergeaient – les essais infructueux de Verge – la descente du gave avec le grand Vince qui ne savait pas nager mais qui avec ses 2m35 avait pied partout). C’est une fierté d’avoir pu jouer sous ses ordres. Hasta la Victoria !

– Aurélien Crabos (sous les ordres de Marcel de 2010 à 2016) :

Pour moi Marcel est un vrai passionné. Il est arrivé une seule fois en retard dans mes souvenirs, le jour où il est devenu grand-père. C’est aussi un perfectionniste. Je pense que je me rappellerai encore des systèmes à 40 ans tellement on les a répétés jusqu’à ce qu’ils soient parfaits. Je lui souhaite bonne chance pour la suite.

– Yann Brocaires (sous les ordres de Marcel de 2013 à 2018) :

Quelques mots : organisation, communication, travail, encore travail et patience !

Organisation : il est de tous les entraîneurs que j’ai eu celui qui est le mieux organisé. De la préparation d’un entraînement à celui d’un match en passant par le lavage des chasubles. Tout est calculé pour ne manquer de rien. Il n’y a pas de place au hasard dans son organisation ni sur le terrain. Malheureusement avec nous, ce n’est pas pareil car on ne contrôle pas certains joueurs aux comportements inattendus (Jéjé Danné, Rémi Tresgots…) ! Anecdote : En 2016 au mois d’avril ou de mai, alors qu’on monte en N2 et qu’on joue les phases finales du championnat de France, Mouss (adjoint de l’époque) nous explique que Marcel a déjà planifié, préparé, élaboré toute la préparation des mois de juillet, août, et septembre de la saison suivante ! Bien entendu Mouss ne comprend rien puisque lui s’organise d’une semaine à l’autre au maximum !

Communication : roi du dialogue et des speechs d’avant match, ses consignes rédigées sur les murs des vestiaires sont claires. Jamais il n’osera hausser le ton sur qui que ce soit. Les fois où ça aurait pu arriver, c’était inutile puisque nous pensions à une blague ! Ses messages il les fait passer dans le calme et la sérénité !

Travail : encore, encore et encore toujours ! Le lundi pour le mardi, le mardi à l’entrainement, le mercredi pour le jeudi, le vendredi pour le samedi, le samedi pour le match et le dimanche il va voir d’autres matches pour prendre des infos ! Des montagnes vidéos visionnées, des montagnes de prises de notes… Il consacre sa vie extra-professionnelle pour nous (les joueurs), et vous (le club du REAL et les supporters)… Dommage que tout le monde ne le lui rende pas !

Anecdote : malgré ses qualités, il possède un défaut. Il est nul en informatique et vidéo ! Il confond toujours les boutons « lecture », « stop », « avance rapide », « retour rapide »… Je vous laisse imaginer les interminables séances vidéos où l’on revient au début du match toutes les 10 actions !

Patience : il fait tout ça avec les imprévus et obligations de chacun. Même si ses plans ne tournent pas comme prévu, il s’adapte en quelques secondes sans râler (sans le montrer). Avec lui, tu passes partout, car il a une solution à tout et pour tous !

Pour les souvenirs basket, ils sont trop nombreux mais je vais garder en mémoire l’un des plus mauvais de mon expérience avec lui. La défaite à Dignes les Bains où ce jour-là, on lui à enlevé la seule chose qui manque à son palmarès ! Le titre de Champion de France qu’on aurait disputé à Pessac. C’est injuste, mais ce jour là, encore et toujours il est resté impassible devant l’évènement ! Son palmarès dans les Landes méritait cette ligne !

– Romain Latapy (sous les ordres de Marcel de 2014 à 2018) :

Que dire de Marcel à part que si je suis au REAL c’est grâce à lui et Bastien. Je suis arrivé dans les Landes pour gagner la coupe du monde et il me l’a offerte dès ma première année en 2015 ! Toujours là pour avoir l’info au bon moment ou sortir la petite anecdote du week-end qu’il saura placer à l’entraînement pour chatouiller l’ego de certain joueur. C’est une grosse page qui se tourne. Merci pour tous ces kilomètres avalés et ton investissement. A très vite.

PS : un petit hommage à notre Riri national alias « monsieur Lindt » qui nous a offert notamment une table de massage qui m’a bien servi !

– Rémy Condéranne (sous les ordres de Marcel de 2010 à 2014) :

Quand je pense à Marcel, le premier mot qui me vient c’est le mot « respect ». Respect pour son investissement sans faille pendant toutes ces années et surtout pour l’homme. J’ai le plus grand respect pour la personne et pour le coach sur sa gestion humaine. Ça a de suite collé entre nous car on se retrouvait sur des valeurs simples. Bravo à toi pour ton parcours dans ce club et surtout bonne chance pour la suite. Respect Monsieur.

– Jérôme Danné (sous les ordres de Marcel de 2010 à 2013) :

Une grande chance d’avoir été coaché par un grand entraîneur. Ce n’est pas rien de rester 8 ans dans un club en ayant des résultats très réguliers. J’ai admiré sa façon d’aborder les matchs par ses grandes affiches (les infos sur l’équipe en attaque et défense et sur l’adversaire). On sortait du vestiaire en ayant toutes les infos de chaque joueur adverse, c’était dingue ! Souvenirs : le titre en coupe Sud-Ouest dans les arènes de Pomarez ! Je lui souhaite bonne chance pour la suite à Oloron ! Merci à lui !

– Baptiste Dezes (sous les ordres de Marcel de 2010 à 2017) :

Marcel va laisser la trace de quelqu’un de très consciencieux et de très généreux. Il a toujours eu un mot ou une pensée pour les autres équipes du club, pour les bénévoles ou les dirigeants. En plus du basket, il s’inquiète toujours du bien-être du joueur (dans sa vie quotidienne) et essaie de faire en sorte que l’équipe vive bien ensemble. Ces petits détails extra-sportifs permettent ensuite de pouvoir tirer le meilleur de son groupe. Chose qu’il a su faire à merveille pour arriver à gagner les 2 coupes (S.O et des Landes) et la montée en N2. Pour tous ces résultats sportifs, merci Marcel et bonne continuation.

– Damien Langlade (sous les ordres de Marcel de 2010 à 2014) :

Le meilleur souvenir que j’ai avec Marcel restera la finale de coupe des Landes en 2011. Nous avions peut-être perdu mais pour une première du club c’était extraordinaire ! Puis il y avait aussi (cette même année) ce 1/4 de finale contre HDC où cela faisait un mois qu’on avait fini le championnat mais on ne préparait que ce match. On récitait sans cesse les systèmes d’HDC par cœur que Marcel avait étudié à la lettre. Nous avions gagné grâce à ça à mon avis. Je lui souhaite bonne chance pour la suite.

– Arii Meuel (sous les ordres de Marcel de 2016 à 2018) :

Marcel est l’une des merveilleuses rencontres que j’ai eu le privilège de faire en arrivant dans les Landes. Il m’a fait confiance en me signant juste une semaine avant le début de championnat alors que je n’avais pas de club et je l’en remercie. C’est un coach juste techniquement, tactiquement, et surtout humainement. Tous les joueurs sont prêts à se battre sur le terrain pour lui et à tout donner. Je pense que c’est la meilleure qualité que peut avoir un coach. Merci encore Marcel pour ces deux saisons et bon courage pour la suite.

– Rémi Tresgots (sous les ordres de Marcel de 2013 à 2018) :

Tellement de choses à dire sur toi Marcel ! Tu es un coach et entraîneur qui connaît bien ses joueurs, qui sait fédérer un groupe et qui se donne à 200% pour l’équipe chaque semaine, chaque entraînement, chaque match et quel que soit l’importance de celui-ci ! Tu as toujours su nous motiver et trouver les mots même après 8 années passées au club. Plus personnellement, tu es le coach qui m’a fait le plus progressé, qui m’a le plus marqué et quelqu’un de sportivement et humainement que je n’oublierai pas. Si j’en suis là aujourd’hui niveau basket, tu y es pour beaucoup, tu m’as donné ma chance et j’espère avoir su faire ce qu’il fallait, durant ces 7 années où nous nous sommes côtoyés, pour ne pas te décevoir. Mais pour qu’un coach perdure autant dans un club, c’est qu’il n’y a pas que le très bon basket que tu arrives à produire avec nous, tes joueurs, mais également l’exemplarité que tu représentes humainement et c’est tout aussi important. Tu as fait l’unanimité au sein du REAL durant toutes ses belles années. Tu as tout gagné, Super Coupe Sud Ouest, montée en N2 et la coupe du monde des Landes bien sûr. Tu as une grande part de responsabilité dans la progression du club et le style de jeu du REAL que beaucoup d’autres envient. L’homme que tu es dans son ensemble manquera à beaucoup !

C’est donc avec un pincement au cœur et une profonde tristesse que je te dis au revoir mais c’est avec beaucoup de plaisir, de sincérité et de souvenirs pleins la tête que je te dis un grand merci et que je te souhaite tout autant de réussite pour la suite… Adishatz Celmar, à très vite!! Rémi the brain

– Mathieu Coudroy (sous les ordres de Marcel de 2010 à 2013) :

Effectivement Marcel aura marqué à jamais l’histoire de ce nouveau club et il m’aura marqué également en tant que coach et surtout en tant qu’homme. Je n’ai pas de souvenir particulier sur lui car il est un homme assez discret et surtout maitre de ses paroles et de ses émotions. Je me souviens de la 3ème mi-temps de notre première finale de coupe des Landes (en 2011 ndlr), bien entendu avec Marcel et sa casquette en arrière, et quelques grammes d’alcool dans le cornet qui était rieur et désinhibé comme rarement. Quelle grande soirée et journée nous avions vécu. L’anecdote que je peux retenir c’est qu’il avait instauré en fin d’entrainement un concours de LF avec une tirelire où celui qui perdait devait mettre des sous dans la tirelire. Et pendant les 4 saisons que j’ai jouées au REAL, il a toujours participé au concours à chaque entrainement et je pense que c’est celui qui a dû mettre le moins dans la tirelire. Une machine aux lancer francs. Il s’est aussi souvent moqué de moi et d’autres quand nous arrivions affûtés comme des Laguiolles (ou pas) à la prépa physique de reprise du mois d’août sur la piste à Montaut et où on en chiait comme des russes pendant 3 heures parfois. Un grand merci et un grand bravo à ce MONSIEUR qui n’a jamais compté les kilomètres pour assouvir sa passion de transmettre sa culture du jeu.

– Loic Darrieutort (sous les ordres de Marcel de 2014 à 2018) :

Juste un grand Merci pour un grand Monsieur qui se donne à 200% pour ses joueurs et pour le club. Que d’énormes souvenirs particulièrement avec cette victoire en coupe des Landes et l’énorme soirée et journée qui ont suivi ainsi que la montée en N2 et les play-offs de N3. Juste Merci.

– Mouss Mrica (assistant de Marcel de 2013 à 2016) :

Que dire de Marcel si ce n’est que que c’est une de mes plus belles rencontres au REAL Chalossais… Un homme passionnant, drôle, travailleur, droit et compétant. J’ai eu la chance d’arriver en même temps que lui au REAL (en 2010), moi pour l’équipe 2, lui pour l’équipe 1 et de suite il m’a intégré en tant que membre important de l’équipe 1. Je retiens nos innombrables appels téléphoniques pour faire le point entre les deux équipes et échanger sur les uns et les autres. Le succès de l’équipe 2 est aussi le sien. Je retiens son invitation sur le banc de la 1 pour les finales de coupes des Landes (2011) et Sud Ouest (2013) alors que je ne suis que coach de l’équipe 2. Des moments formidables pour moi qui viennent de nulle part. Ensuite, en tant qu’assistant en équipe 1 : des échanges interminables sur la préparation des matchs des vidéos, des briefings, des joies et des doutes. Mais chaque fois, Marcel avait la solution. Il m’a appris à prendre sur moi sur l’arbitrage et les éléments contraires. Je retiens la victoire en coupe des Landes comme un travail fait par tout un club. Mais mes souvenirs les plus marquants sont les victoires au buzzer à Marmande contre Seyches en coupe Sud Ouest et à Cahors en championnat. Bref, un homme formidable qui pour moi au-delà du coach est devenu un ami. On s’appelle toutes les semaines pour débriefer des performances des uns et des autres. Ça restera un grand et surtout un ami pour la vie. A jamais les premiers. Suerte Marcel.

– Peio Esponda (sous les ordres de Marcel de 2010 à 2014) :

Je dois admettre que le club peut lui faire un trophée pour l’investissement énorme dont il a fait preuve pendant huit ans. Il a aussi atteint tous les objectifs atteignables pour un club amateur landais : coupe Sud Ouest, coupe des Landes et montée en NM2. Je lui souhaite autant de réussite à Oloron qu’au REAL même s’il a déjà connu quelques succès dans le 64 !

– Jean-Charles Crabos (sous les ordres de Marcel de 2010 à 2012 et de 2014 à 2018) :

Difficile pour moi de résumer ces 6 années passées avec Marcel tellement elles furent ponctuées de réussite.

Je ne vous apprendrai peut-être pas grand-chose en vous disant que c’est un passionné de basket et de coaching. Il s’investit totalement dans cette fonction et réalise un boulot considérable (vidéos, scooting des adversaires …) pour nous donner toutes les cartes en mains pour le match du week-end. Pour lui, le moindre détail est important. Pour moi, certains relèvent même de la superstition !

En plus de ses compétences techniques, Marcel est quelqu’un qui accorde une très grande importance aux relations humaines et à la vie de groupe. Il a la faculté de fédérer ses joueurs autour de lui, de les protéger s’il le faut. Il a souvent tendance à dire : « Quand on gagne c’est vous (les joueurs) et quand on perd c’est nous (joueurs et coaches). » En 6 ans passés à ses côtés, je ne l’ai jamais vu enfoncer un joueur, bien au contraire. C’est un homme de valeurs, respecté par ses joueurs, ses adversaires et les arbitres.

Marcel a fait évoluer le REAL, avec des résultats qui parlent pour lui et le palmarès qu’on lui connaît (toujours sur le podium en N3, Coupe du Sud-Ouest, coupe des Landes, montée en N2 et maintien confortable la première année). Rester 8 années dans un même club de nos jours, cela reste exceptionnel et témoigne de ses qualités.

Sur un plan un peu plus individuel, je dois reconnaître que Marcel m’a toujours accordé sa totale confiance. Il me laisse beaucoup de liberté sur le terrain, ce qui m’a permis de m’exprimer pleinement à ses côtés. Il m’a clairement fait évoluer dans mon jeu et dans l’approche tactique du basket. Je me rappelle aussi, lors de ses deux premières saisons, à la fin de chaque entrainement, il ne me laissait pas partir à la douche sans réussir un tir du centre du terrain. Et lors d’un derby contre l’UDG à Hauriet, alors que je suis sur le banc de touche et qu’il reste 2 secondes à jouer en fin de quart temps, il me fait entrer en jeu et me glisse « allez, comme à l’entrainement » : et là je marque du centre du terrain !! Comme dit précédemment : le souci du moindre détail !!

Enfin pour terminer, mon meilleur souvenir avec lui restera bien entendu la victoire finale en Coupe des Landes. Il est l’entraineur qui m’a permis de remporter le graal que tout basketteur landais rêve d’atteindre.

– Thomas Descat (joueur sous les ordres de Marcel de 2017 à 2018) :

Tout d’abord, je souhaite à Marcel bonne chance pour cette nouvelle aventure qui l’attend. Ensuite, si avant la fin de l’année on a l’occasion de faire une petite pétanque, ce serait avec grand plaisir car je n’ai pas trouvé beaucoup de rivalité dans l’équipe hormis Alex le King avec son attirail Cochonou (magnifique bob).

– Assane Seck (joueur sous les ordres de Marcel de 2013 à 2018)

A mon arrivée dans les Landes, je fus surtout marqué par la dimension humaine du casting de Marcel. A partir de ce groupe très hétérogène, il parvenait à faire passer son discours toujours dans le respect. Il était galvanisant et motivant. Dans la victoire comme dans la défaite, il sait trouver les mots pour aller de l’avant. Il sait s’adapter à la personnalité de chacun et toujours avec un regard parfois paternel, tantôt amical et toujours bienveillant. Malgré la distance, il est toujours aux repas de cohésion de groupe du jeudi et très proche de nous tous. Merci au nom de tout un groupe pour cette passion et la discipline de jeu que tu as su nous insuffler.

– Julien Lahouratate (assistant de Marcel de 2010 à 2013) :

Celmar, tu peux être fier de l’œuvre accomplie. Tu as su faire grandir ce club et l’emmener vers les sommets, lui apporter ses premiers titres de coupe SO et coupe des Landes, durant ces 8 années. Bon ok, il faut quand même avouer que tu t’es entouré des meilleurs assistants. Meneur d’hommes hors pair et fin tacticien, tu laisseras une trace indélébile au sein du club. Dans l’action, on a toujours des détracteurs ; une fois parti, on se rend compte de la valeur de ce qu’on avait. Bon retour au bercail !

– Alex Ilardia (joueur sous les ordres de Marcel de 2015 à 2018) :

Marcel est très à l’écoute de ces joueurs. Il est aussi très professionnel dans son approche des entrainements et des matchs. Bonne chance pour la suite !

– Romain Larrieu (joueur sous les ordres de Marcel de 2010 à 2016) :

Après 6 saisons passées à ses côtés, ce que je retiens de Marcel c’est que c’est l’entraineur le plus professionnel du basket amateur, il ne laisse rien au hasard. Grâce à lui, j’ai eu la chance de gagner la coupe Sud Ouest, la coupe des Landes et une montée en NM2. Un grand respect à lui pour ce qu’il a apporté au club.

– Romain Lesbarrères (joueur sous les ordres de Marcel de 2011 à 2015) :

2 petits mots pour Marcel :

– RESPECT : pour ta passion envers ce sport, pour ton investissement de tous les instants, pour ce que tu as réalisé avec ce club et surtout pour être resté aussi longtemps aux commandes du REAL ! Ça ne devait pas être tout le temps facile…

– MERCI : de m’avoir permis de gagner cette putain de coupe des landes pour ma dernière ! Bonne continuation à toi Marcel.

– Franck Haristoy (assistant de Marcel de 2016 à 2018) :

2 aspects m’ont marqué chez Marcel :

– Sa capacité à connaître les Hommes qui l’entourent (Dirigeants, joueurs, assistants). Grâce à sa capacité naturelle à écouter et échanger avec son entourage, il arrive à parfaitement cerner chacune des personnes qui gravitent autour de son équipe.  Ceci lui permet d’optimiser le rôle de chacun, de créer des relations humaines indispensables à réussite collective et d’anticiper beaucoup de situations.
– Son implication TOTALE. Quel travail abattu  ! Quel temps passé à réfléchir à ce qui ne va pas ou à ce qu’il pourrait améliorer pour le bien de l’équipe, à visionner des matchs, à chercher des renseignements sur les joueurs et équipes adverses, à échanger avec les dirigeants et assistants, etc … je suis quasi persuadé qu’il en fait plus que certains professionnels. Son comportement et sa façon d’être pourraient être une magnifique définition de ce qu’est un PASSIONNÉ du basket.
Quelle chance pour moi (et pour beaucoup je pense) d’avoir pu côtoyer ce Grand Monsieur !!!

– Frédéric Ravert (assistant (préparateur physique) de Marcel de 2015 à 2018) :

Marcel Tréméa … « un ronfleur puissance 1000 » … 

Finale N3 à Digne les Bains, nous sommes 3 dans le studio, Mouss, Marcel et moi. Il se compose d’une chambre et de 2 lits dans la pièce à vivre. Nous venons de terminer la session vidéo avec les joueurs, on ne va pas tarder à aller se coucher, le voyage fût assez long. Je dis à Mouss « si tu veux je prends la chambre et je te laisse avec Marcel dans le salon, si vous voulez continuer de parler tactique avant de dormir. T’es fou Fred, Marcel c’est une chaudière la nuit, je vais perdre l’ouïe en restant là. Non, il prend la chambre, sinon c’est mort pour moi demain, je ne verrai pas le match … ».

Marcel Tréméa … « la confiance qu’il accorde est totale » …

Marcel m’a permis de travailler avec lui dans des conditions extraordinaires pour un préparateur physique. Nous nous sommes rencontrés chez Mouss pour discuter de mes méthodes et préparer la saison 2015-2016. L’objectif était simple, la montée en N2. Pour cela, il voulait que l’équipe franchisse un cap au niveau physique car il trouvait qu’à certains moments de la saison, une baisse du physique se faisait ressentir et par conséquence, des matchs importants étaient perdus. Je lui ai expliqué mes méthodes, ce que je pouvais amener pour l’équipe sur le plan de la préparation physique. À la suite de cette discussion, le feeling étant bien passé entre nous, il fut convenu que j’intégrerai le staff du Réal. De ce jour jusqu’à aujourd’hui, il n’est jamais intervenu en quoi que ce soit dans ma façon de travailler et de faire « souffrir » les joueurs. J’avais sa totale confiance et une liberté complète pour la mise en place de mes séances. Nous avions un véritable fonctionnement d’équipe. On s’appelait le dimanche soir pour re-discuter du match de samedi, je disais à Marcel ce que je voulais travailler et il adaptait son entrainement en fonction ou à l’inverse, il voulait travailler un point précis du jeu et c’est moi qui m’adaptais. Et cela en totale osmose. Tout s’est toujours bien passé avec de nombreuses discussions téléphoniques ou autres réunions. Lui comme moi avons cet esprit de gagneurs, cette envie de bien faire les choses, cette rigueur dans la préparation de nos séances. Rien n’était laissé au hasard, on planifiait tout ensemble, le travail physique, le travail technique, le jeu.

Ce fut 3 années très enrichissantes pour moi qui m’ont appris énormément à son contact.

Que la suite de sa carrière d’entraineur soit encore fructueuse pour lui.


– Valérie Dupouy (Co-présidente du REAL Chalossais) :

Marcel, merci pour ton engagement, ton professionnalisme et le travail que tu as accompli durant ces 9 années passées au REAL Chalossais. Merci de nous avoir transmis ta passion et ton sens du respect envers les autres. Merci pour nous avoir emmené à POMAREZ pour y décrocher le GRAAL ! Que de bons souvenirs gravés à tout jamais dans le cœur des Réalais. Je tiens pour cela à exprimer ma sincère gratitude et mes vives félicitations pour le parcours exemplaire que tu as vécu au REAL Chalossais.

– Jean Luc Chinon (responsable d’équipe de la 1 pendant les 8 saisons de Marcel) :

Des anecdotes avec Marcel il y en a tellement que je ne sais laquelle raconter. Par contre, au fil de toutes ces années j’ai appris à connaître l’homme, le béarnais, pour qui j’ai une sincère amitié. Merci pour tout et pour toutes ces années de bonheur.

3,991 total views, 1 views today