REAL Chalossais 69 – 60 Castel-Gaujacq

Ils ont dû s’y reprendre à deux fois, mais ils ont enfin la carte de membres. La carte qui donne accès au très select cercle des vainqueurs de la Coupe des Landes. Samedi soir, quatre ans après leur échec à ce stade face à l’UDG, les joueurs du Réal Chalossais ont pour la première fois inscrit leur nom au palmarès de la « Coupe du monde du basket landais », où ils succèdent à Castel-Gaujacq, malheureux mais valeureux finaliste (69-60).

« On était déjà heureux de pouvoir dé- fendre notre titre, reconnaissait Fred Dumercq, le coach sang et or. Le doublé n’est pas au bout, mais le Réal mérite sa victoire. Quant à nous, on aura encore montré une belle image des Cadets de Chalosse. » Des instants historiques « On vit des instants historiques, c’est génial », exultait de son côté le président Bernard Recurt, pris par l’émotion. « On avait déjà la Super Coupe ‘‘Sud Ouest’’ (2013), maintenant la Coupe des Landes, ce n’est pas si mal pour un club créé en 2009. Ce soir, je suis heureux pour tous les dirigeants qui bossent avec moi », reprenait-il, regardant là- haut dans les gradins, le trophée passer entre les mains du 6ème homme. Une impressionnante horde ciel et marine, vibrionnante d’énergie, riche de quelque 800 âmes, dont les fervents et bruyants encouragements n’auront pas été vains.

Mais les Castel Gaujacquois, fidèles à leur réputation de guerriers, auront rendu la tâche des Réalais très compliquée. Une casquette, façon champions NBA, vissée sur le crâne, Jean-Charles Crabos confirme : « On dirait qu’ils ont quelques choses en plus dès qu’ils sont dans ces arènes. En tous les cas, à la mi-temps, c’était très mal barré ! » Son handicap de 7 points rapidement effacé (11-11, 3e ), le Réal a bien du mal à décoller, à l’image de cette finale d’ailleurs. Maladroits, quand ils daignent prendre leurs shoots, et peu inspirés, les hommes de Tréméa restent malgré tout à l’affût (27-28, 15e ), mais l’ex-Réalais Esponda puis Orreindy (11 points d’affilée, dont 2 primés) les obligent à produire un vrai effort, dès le changement de côté, pour combler le plus gros écart de la rencontre (31-42).

À l’usure « On ne s’est pas affolé. On a haussé le ton défensivement et au rebond, trouvé plus de rythme en attaque, mis quelques tirs importants et on a fini par les avoir à l’usure », analyse Jean-Charles Crabos, aussi euphorique que fier de conquérir cette première coupe des Landes au cœur des arènes de Pomarez « qui resteront mythiques ». Après deux échecs en finale, dont l’an passé avec l’UDG (déjà face à Castel-Gaujacq), il avait une « revanche personnelle » à prendre. Relayé par Seck sous le cercle (18 points), l’arrière ciel et marine (15 points) ne tremblait pas au moment de ré- gler les débats sur le ligne de réparation, face à des Castel-Gaujacquois croulant sous les fautes. Le mot de la fin revenait symboliquement à Romain Lesbarrères, lequel s’offrait aussi son premier succès en Coupe des Landes. « Et sans doute le dernier puisque je vais jouer à Montaut la saison prochaine, indiquait le capitaine réalais. Mais cette saison n’est pas finie, il reste un doublé à aller chercher en Super Coupe « Sud Ouest », qui couronnerait « la super-saison qu’a déjà réalisée ce génial groupe de copains ».

Feuille de match :

Lieu : Pomarez. Spectateurs : 2800. Quarts temps : 19-21, 12-21, 19-11, 19-7. Score final : 69-60. Arbitres : MM. Soares et Brethes.

REAL CHALOSSAIS : 18 tirs réussis (dont 2 à 3 pts). 31 lancers réussis. 21 fautes. les marqueurs : Brocaires 9, Tresgots 0, Darrieutort 3, Larrieu 7, Crabos JC 15, Latapy 10, Crabos A, Dezes 0, Lesbarrères 12, Seck 18.

CASTEL-GAUJACQ (+7) : 20 tirs réussis (dont 3 à 3 points). 10 lancers réussis. 32 fautes. les marqueurs : Lestage 3, Labadie 2, Lacaule 2, Robinson 12, Lalanne C 2, Dossarps 4, Orreindy 11, Esponda 10, Lalanne P 0, Dussoulier 7.

 2,258 total views,  1 views today