INTERVIEW CROISEE : Clémence BLEIN / Margot LAGROLET


Durant cette trêve forcée du coronavirus, nous sommes partis à la rencontre de deux cadettes du REAL Chalossais, toutes deux formées au club et qui sont de la même génération, à savoir l’année 2003. Inséparables sur et en dehors du terrain, les copines Saint-Aubinoises nous répondent avec franchise non sans quelques pointes d’humour. Portrait de Margot et Clémence.


– Bonjour les filles. Pouvez-vous vous présenter à nos lecteurs ?

Margot : Bonjour, je m’appelle Margot Lagrolet, j’ai bientôt 17 ans, je suis au lycée de Borda à Dax, j’habite à Saint-Aubin et je fais du basket depuis que j’ai 4 ans.

Clémence : Bonjour je m’appelle Clémence Blein, j’habite à Saint-Aubin. J’ai presque 17 ans et je suis au lycée de Borda à Dax. Je fais du basket depuis l’âge de 4 ans.

– Quels sont vos points forts et vos points faibles ?

Margot : J’ai une fabuleuse patte gauche (carré… !) et en point fort je dirais la vitesse (même si les murs sont parfois trop près du terrain).

Clémence : Mon point fort je pense c’est l’envie, la « hargne» comme dirait Margot. Et mon point faible, sûrement le nombre de fautes un peu trop élevé par match…

– Qui de vous deux est la plus adroite et qui défend la mieux ?

Margot : Je pense que la plus adroite c’est Clémence et en défense les deux mais surtout Clémence quand elle veut elle peut s’arracher (pas de blague par rapport à sa cuisse…) et mettre un peu trop les mains partout mais comme Fafa fait des crêpes super bonnes elle a le droit de recommencer…

Clémence : Je pense que dans un bon jour, on peut être adroite toute les deux mais j’arriverai pas à détrôner son panier au buzzer en demi-finale de Coupe Ghroum (elle était en dehors du terrain mais personne l’a vu). Niveau défense si la joueuse en face cherche, elle trouvera une Margot que personne n’a envie d’avoir en défense sur elle !

– Quel est votre meilleur et pire souvenir ?

Margot : Mon pire souvenir c’est en poussines quand on avait perdu la finale Série A contre UJSBP 20-22 alors qu’on avait été invaincues toute la saison. Pour le meilleur je pense à ma première année de minimes, on était en Région on avait tout perdu mais l’ambiance était géniale ! Ou en temps que supportrice, la finale aux arènes de Dax avec le kop reste l’un de mes meilleurs souvenirs !

Clémence : Mon meilleur souvenir en tant que joueuse ce sont les années minimes. On gagnait pas beaucoup mais l’ambiance était énorme ! Et en tant que supportrice tous les moments avec le kop sont toujours des bons moments à vivre. Mon pire souvenir c’est la défaite face à Boé Agen en demi-finale région benjamines (accessible pour Pomarez), celle là elle n’est jamais passée…

– Rêvez vous de faire toute votre carrière ensemble ?

Margot : Bon on est déjà à 14 années de vie commune alors sur la lancée pourquoi pas !

Clémence : On a commencé ensemble donc forcément ce serait génial de finir ensemble !

– Si elle avait pas fait de basket, quel sport aurait pu t’elle faire selon toi ?

Margot : Sûrement du ski avec Maryne Lafitte (clin d’œil).

Clémence : Je la verrais bien à la danse (Juliette Bats l’accompagnera, elles forment un bon duo gracieux).

– A ton avis, quel repas prend-elle avant un match ?

Margot : Cela dépend, parfois du lion (très énervée !), parfois juste des pâtes carbo mais ça suffit à lui donner la hargne.

Clémence : Je sais juste que si elle a pas ses pâtes carbo, elle est pas de très bonne humeur pour le match.

– Quelles sont les qualités et défauts de chacune dans la vie quotidienne ?

Margot : Je pense qu’elle a tendance à être un peu agressive (surtout quand elle a faim) et en qualité je dirai qu’elle est plutôt drôle.

Clémence : Je suis pas très objective sur le sujet étant à peu près tout le temps avec elle, mais Margot c’est le genre de personne avec laquelle on ne peut pas s’ennuyer. J’en dirai pas plus sinon elle va prendre le melon ! Et comme défaut je pense qu’elle est un peu, légèrement tête en l’air…

– Raconte nous une anecdote avec ta copine que tu as pu vivre sur ou en dehors du terrain ?

Margot : Un beau jour d’été on était au castrage (oui parce que l’été on est aussi ensemble !!!) après la pause déjeuner l’envie de partir en courant au lieu de repartir en voiture nous a traversé l’esprit. Devinez quoi ? On est pas parties du bon côté, ce qui confirme notre très bon niveau en course d’orientation (déjà observé en 4ème).

Clémence : Je me rappelle d’une fois où petite, elle avait décidé de piquer le mini-tracteur de son cousin et comme je faisais 1m20 pour 35kg à peu près elle a eu l’idée de me mettre dans la remorque et elle de conduire (elle avait le poignet cassé et donc le bras en écharpe). Elle a jamais aimé rouler doucement (Babeth ne dira pas le contraire) et s’est rendue compte une fois arrivé en bas de la côte que la remorque s’était détachée… et moi avec… ! Juste un conseil : quand elle aura le permis, ne montez pas avec elle !

– Un dernier mot sur elle ?

Margot : Je pense à une expression qui nous représente et qu’elle comprendra « d’une pierre deux coups»

Clémence : Vivement la fin du confinement pour repartir à Montsoué… (ou à Dax ! Elle comprendra…)